AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lexicologie CM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julia
Consultant(e)
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 32
Localisation : 91 Essonne
Cursus : 3ème
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Lexicologie CM   Jeu 29 Nov 2007 - 20:10

( les cours de Polyphile (L2 année 08-09) :
CM1 03/10/08 à télécharger ici afro
CM2 17/10/08 à télécharger ici drunken
CM3 24/10/08 à télécharger ici cheers
Il ne s'agit pas du CM de rattrapage !!! )



La lexicologie est une discipline qui étudie l'ensemble des mots d'une langue donnée. Le lexicologue s'intéresse à :
  • La forme (morphologie lexicale)

  • Au sens (sémantique lexicale)

  • La relation mots/distribution (interface lexique-syntaxe)



* LE LEXIQUE :


Il est impossible d'établir la liste des mots d'une langue, celle-ci étant un ensemble non-fermé. Le lexique d'une langue n'est pas son vocabulaire.
Le vocabulaire est défini comme un sous-ensemble de termes appartenant à un domaine particulier.
La lexicologie est théorique et abstraite tandis que la lexicographie est appliquée et concrète : la lexicologie n'est pas l'étude du dictionnaire.
Le lexique d'une langue étant potentiellement infini, la lexicologie est aussi l'étude des mots potentiels d'une langue.

* LA MORPHOLOGIE LEXICALE


La morphologie lexicale est l'étude de la construction interne de la forme des unités. On s'intéresse alors aux mots multimorphémiques.
La morphologie flexionnelle est une autre branche, qui doit être bien distinguée. Elle relève de l'étude de la conjugaison, de la flexion casuelle, des accords, etc.
La morphologie dérivationnelle étudie la variation dans la forme des mots par des préfixes et des suffixes, des dérivations, de la création de nouveaux mots.

La morphologie lexicale utilise la méthodologie de l'analyse morphologie :
- Distribution - analyse distributionnelle
- Segmentation - commutation
- Morphèmes, allomorphes, radicaux, affixes, etc.

On appelle allomorphes des formes distinctes qui réalisent un même segment dans des contextes différrents.
Le morphème est l'unité significative minimale.
La morphologie étudie la forme et les règles de combinaison des morphèmes. Elle relie en quelque sorte la phonologie à la syntaxe.

Généralement, les mots étudiés sont segmentés en morphèmes, afin d'étudier leurs règles de formation. On classifie les morphèmes en 3 types :

1- Les lexèmes (sens lexical)

2- Les morphèmes grammaticaux flexionnels (servent à la flexion, la conjugaison)

3- Les morphèmes grammaticaux dérivationnels (modifient le sens du lexème, la catégorie lexicale, changent le référent).

Ex : "épicier" / "épicer" / "épicerie"
"bavard" / "bavarder" / "bavardage"
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/leifang
culfinwen
Déesse du parrainage
Déesse du parrainage
avatar

Nombre de messages : 408
Age : 30
Localisation : Liège (Belgique)
qq ch à dire ? : Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde... c'est l'effet papillon
Cursus : M1 FLE Télé3
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: CM2 lexicologie   Dim 2 Nov 2008 - 11:33

CM2 du 12/10/07 Lexicologie

Le mot

un mot = un sens -> définition?

plusieurs possibilités:

_ définition graphique: chaine de lettres entourées de blanc; mais quelques problèmes, p.ex. pomme de terre 1 ou 3 mot(s)?

_ définition prosodique ou phonétique: règles d'accentuation p.ex. ou règles morphophonologiques qui existent à l'intérieur d'un mot.
Dans certaines langues (russe, anglais, etc.), on a des accents toniques ou accents lexicaux qui sont fixes. Pourtant, en français, ce caractère de définition n'est pas utilisable puisqu'il n'y a pas d'accent lexical mais un accent de groupe (accent syntaxique).

_ définition sémantique ou sémantico-référentielle: chaque mot correspond à une notion, une chose, un objet, un concept.
Encore un problème: p.ex. manger des pissenlits par la racine = mourir.

Ces trois définitions ne coïncident pas.

Mot: "une structure phonique et graphique stable qu'un locuteur apprend à reconnaitre et à reproduire".
On se servira plutôt de cette définition en lexicologie ^^

Le morphème

C'est la plus petite unité de sens possible.
C'est une unité abstraite, une valeur.
P.ex. il existe un morphème "pluriel", pourtant il se réalise différemment selon les mots: tables ou chevaux

Les réalisations concrètes d'un même morphème sont appelées morphes; ce sont des segments (comme -s) ou des modifications de radical (-al -> -aux).

Segmentation:
Il faut que les morphèmes obtenus aient un sens stable. Pour cela, on fait varier les segments sur l'axe paradigmatique.

P.ex.
roug - eur
blanc " -> blancheur
noir " -> noirceur
pâle " -> pâleur
=> -eur est bien un morphème

roug - eur
" - âtre
=> roug- est bien un morphème

Mais Exclamation impossible pour douleur => doul- n'est pas un morphème.

De plus, la langue écrite peut avoir une analyse morphologique distincte de la langue orale (notiond de synchronie).

P.ex.
inaccesible et incorrect
-> à l'écrit, "in-" dans les deux cas
-> à l'oral, /in/ et /o~e/

=> ce sont deux allomorphes d'un même morphème.
Si on base notre analyse sur l'écrit, on peut arriver à des conclusions erronées.

Allomorphe: Deux morphes sont des allomorphes s'ils réalisent un même morphème.

Distribution:
C'est le contexte d'un morphème, i.e. les morphèmes qui l'entourent, le précèdent et le suivent.
Si deux morphèmes s'opposent, ce sont des morphèmes distincts -> paire minimale.
P.ex. digne/ dignité/ dignement
-ité et -ment s'opposent.

Variation libre:
Deux morphèmes qui ont la même distribution mais qui ne s'opposent pas.
P.ex. récrire et réécrire: r- et ré- sont des allomorphes d'un même morphème, pas de changement de sens pour les verbes commençant par une voyelle (pas de conditionnement phonologique, les deux sont possibles).
Pourtant, on dit réanimation et pas ranimation: les deux sont possibles mais le premier est lexicalisé.

Distribution complémentaire:
Deux allomorphes se partagent la distribution des mots en fonction des contextes.
P.ex. pêcher et prunier
-> là où il y a -er, il n'y a pas -ier, et inversement.

On se rend compte de la distribution complémentaire avec un tableau -> pas de distribution commune.
Revenir en haut Aller en bas
culfinwen
Déesse du parrainage
Déesse du parrainage
avatar

Nombre de messages : 408
Age : 30
Localisation : Liège (Belgique)
qq ch à dire ? : Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde... c'est l'effet papillon
Cursus : M1 FLE Télé3
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: CM3 du 19/10/07   Dim 2 Nov 2008 - 12:06

CM 3 du 19/10/07 Lexicologie

Distribution complémentaire (suite)

Nom +el/+al (= adjectif relationnel)

Quand on regarde leur distribution, elle s'apparente à une distribution complémentaire.
Pour un nom donné, on formera un adjectif soit en -el, soit en -al, mais pas deux adjectifs différents.
On connait pourtant des exceptions:
_ origine
_ structure

Les suffixes +el/+al ont la même valeur sémantique. L'un vient du latin populaire, l'autre du latin savant.
Il s'agit donc de deux allomorphes d'un même morphème.

Pb Question: Quels sont les facteurs qui conditionnent l'utilisation de +el ou de +al?

-> souvent phonologique
-> grammatical
-> conditionnement lexical

Le conditionnement lexical est le plus anarchique. C'est l'usage qui détermine l'allomorphe (donc impossible à prédire si on ne connait pas la langue).
En fait, il y a souvent une explication historique.

P.ex. latin populaire -> ces mots sont arrivés avec le latin dans l'Antiquité puis ont évolué avec la langue jusqu'au français; comme les voyelles terminales non accentuées en latin qui ont fini par donner un e muet en français.

A la fin du Moyen-Âge, début Renaissance, il a fallu créer de nouveaux mots et on a fait des emprunts tardifs au grec et au latin (latin savant).
P.ex. biologie, astrologie, philosophie...
Dans ces cas-là, les formes des morphèmes sont plus proches des formes latines (c'est le cas de +el).

Autre exemple:

verbe +tion = nom d'action
P.ex. éducation

+tion est la variante savante du morphème.
ex. pendaison, livraison...
-> +aison est la variante populaire.

=> L'une des deux variantes cesse d'être productive et est supplée par l'autre.

Nous avons jusqu'ici une vision segmentale de la morphologie, c'est une vision simpliste.

On considère que les morphèmes grammaticaux sont une liste fermée, ce qui n'est pas le cas des léxèmes (= morphème lexicaux) qui, eux, sont une liste ouverte.

Morphèmes grammaticaux non liés:
ex. le, que, de...
Prosodiquement, ils ne sont pas accentués, ils s'appuient sur le mot suivant. Or un mot = un accent.
Donc "non liés" est une vue de l'esprit simplifiée d'un point de vue graphique.
Le, de, que etc. sont des clitiques phonologiques, ils ne peuvent pas être produits et accentués seuls.

Quelques notions à ne pas mélanger...

Radical

Peut avoir des allomorphes.
p.ex. appeler -> appel- et appell-
finir -> fini- et finiss-
On choisit son allomorphe avant de le dériver, i.e. de former un mot.

Affixes

-> affixes flexionnels: temps, mode, cas, etc. (ne sont pas étudiés cette année)
-> affixes dérivationnels: est-ce que le référent change avec son ajout?

Bases

C'est ce qui reste lorsqu'on a enlevé un affixe. Elle peut contenir plusieurs morphèmes, c'est une notion relative (c'est toujours la base de quelque chose) contrairement au radical qui est une notion absolue.
ex. autoroutier -> base: autorout- alors que radical: -rout-
Revenir en haut Aller en bas
culfinwen
Déesse du parrainage
Déesse du parrainage
avatar

Nombre de messages : 408
Age : 30
Localisation : Liège (Belgique)
qq ch à dire ? : Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde... c'est l'effet papillon
Cursus : M1 FLE Télé3
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: CM4 du 26/10/07   Dim 2 Nov 2008 - 12:27

CM 4 du 26/10/07 Lexicologie

Dans quelle mesure faut-il intégrer la diachronie (connaissance historique de la langue) à l'étude synchronique de cette langue?
On considère généralement que la linguistique est une discipline synchronique.
Comment prendre en compte la diachronie sans faire de la linguistique une discipline diachronie?

Français: langue romane.
Fond primitif lexical de français: lexique du latin, celui du gaulois et celui du celte (le latin est majoritaire).
On a aussi des emprunts mais on ne les prend pas en compte.
Le lexique latin est le fond originel.
Avec invasions germaniques, apport des langues germaniques (ex. butin, gazon...).

Le fond originel du latin va subir des modifications phonologiques et/ou morphologiques, via le latin populaire etc.
ex. le -a final du féminin devient le -e muet en français.
Le vocabulaire populaire ne désigne que cet ensemble de mots venant du bas latin.

Phénomène d'emprunts massifs au latin et au grec vers la fin du Moyen-Âge et la Renaissance: on parle de mots savants.

On va alors avoir des doublets: le même mot emprunté au latin avec qq siècles d'écart; l'un va avoir subi des modifications phonologiques, l'autre va être plus proche du latin.
p.ex.
métier / ministère
velu / poilu


Si on ne connait pas l'historique des mots, on ne conçoit pas forcément le doublet, car les mots sont devenus très différents.

P.ex. loi
-> légal : relatif à la loi => morphologie très différente mais sens proche.
-> loyal: morphologie plus proche de loi mais sens plus éloigné.

Hors contexte et sans connaissance historique, on ne pourrait pas relier loi à légal.

Morpho
En synchronie, peut-on établir une relation entre loi et légal tel que loi+al = légal ?
=> supplétion du radical.

Sémantique
En synchronie, peut-on établir un glissement de sens entre loi et loyal tel que loi+al = loyal ?
=> relation sémantique indirecte.

Autre exemple:
aveugle -> aveuglement : le fait d'être aveuglé

aveuglement vient-il d'aveugle?
NON!
Il vient du verbe aveugler, pas d'un adjectif.

Dans d'autres cas:
comporter -> comportement
développer -> développement

On peut généraliser: verbe +ment = nom

Exclamation Attention! adjectif +ment = adverbe
Ce n'est pas le même morphème -ment.
Si aveuglement avait été construit sur aveugle, ce serait un adverbe :-p

Si aveuglement n'est pas le nom pour aveugle, qu'en est-il de cécité?
aveugle / cécité -> pas de lien de forme.
Si on dit qu'il y a un lien entre ces deux mots, on est dans le domaine de la sémantique, plus de la morphologie.

La diachronie doit être utilisée pour éclairer la synchronie. On doit s'en tenir là pour cet exemple, la diachronie de cécité ne nous intéresse pas.

Autre exemple.
bag/age

plumage, feuillage...
plume+age, feuille+age...
Et bagage?

En synchronie, pas de "bague"+age!
En diachronie, pourtant, on peut trouver une base: bague était une petite poche dans laquelle on pouvait ranger des choses.
=> bague+age = bagage

La diachronie, dans cet exemple, permet de poser la régularité de formation nom+age = nom.

Supplétion / allomorphie

Allomorphie
-er oranger
-ier cerisier
=> les deux allomorphes se ressemblent.

Supplétion
Ressemble à de l'allomorphie mais grande différence morphologique.
ex. larme -> lacrymal
=> lacrym- est une base supplétive pour larme.

Ces phénomènes de supplétion vont poser des problèmes dans l'analyse du lexique français.
Ils existent aussi pour les affixes, pas seulement pour les bases.
ex. -aison / -(at)ion
(-aison a cessé d'être productif, on utilisera -ation pour un nouveau mot)

Devons-nous considérer une allomorphie?
Ce serait légitime puisqu'ils sont en distribution complémentaire et qu'ils sont synonymes.

Autre cas.
+age

1. plumage, feuillage... = ensemble de plumes, feuilles...
2. lavage, nettoyage, bricolage... = résultat ou action d'un verbe
3. cousinage, voisinage... = relation de cousins, voisins (ainsi qu'ensemble de cousins, voisins, etc. Double sens!)...

On a aussi une distinction de base:
N +age = ensemble ou/et relation de N
V + age = résultat ou action de V

Deux analyses possibles en synchronie:
-> homonymie de l'affixe -age
-> polysémie de l'affixe -age
Revenir en haut Aller en bas
culfinwen
Déesse du parrainage
Déesse du parrainage
avatar

Nombre de messages : 408
Age : 30
Localisation : Liège (Belgique)
qq ch à dire ? : Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde... c'est l'effet papillon
Cursus : M1 FLE Télé3
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: CM5 du 02/11/07   Dim 2 Nov 2008 - 22:49

CM 5 du 02/11/07 Lexicologie

Deux procédés morphologiques d'association de syllabes:
_ composition (c'est le plus syntaxique);
_ dérivation (c'est le plus productif).

Qu'est-ce qu'une dérivation?

On pourrait distinguer trois dimensions:
_ la dimension morphologique;
_ l'opération catégorique;
_ la dimension sémantique.
(opération = dimension, dans ce contexte, pour ce qui n'avait pas tout compris! ^^')

Dérivation: c'est l'ajout d'un affixe à une base conduisant à une nouvelle unité lexicale, i.e. ayant un autre référent que sa base (si on garde le même référent, on sera plutôt dans le cas d'une flexion).

I. Dimension morphologique.

Cela correspond au choix de la base et au choix du préfixe/suffixe.
La question des allomorphes se pose ici. A priori, le choix du préfixe/suffixe n'est pas libre, on a des contraintes phonologiques, etc.

L'action d'un verbe -> noms déverbaux: suffixes utilisés:
(déverbal = nom dérivé d'un verbe)
-(at)ion
-age
-aison
-ment
-(at)ure
-ée


On remarque quand même une certaine régularité d'utilisation de ces affixes: -ment sera plutôt pour les verbes du 2eme groupe.
Pourtant, pour savoir quel suffixe va avec quel verbe, on doit connaître l'usage. Si l'usage permet l'utilisation de plusieurs affixes, alors les deux résultats n'ont pas le même sens (ex. arrivée/arrivage).

Ce n'est donc pas parce que ces suffixes sont synonymes qu'en les ajoutant à la même base, on obtiendra des synonymes.
ex. lavage / lavement
On aura en général une spécialisation de certains suffixes à un type de vocabulaire.

Parmi ces affixes, on a aussi des allomorphes:
ex. -(at)ion / -aison.
ex. -(at)ure:
on a écriture et pas écriure; sciure et pas sciture.

Pour les bases, on a également des allomorphes.

ex. abricot / abricotier
[abRiko] / [abRikotje]

=> doit-on découper: [abRikot+je] ou [abRiko+tje]?
=> en fait, on a une consonne latente et donc deux bases (allomorphes): [abRiko] et [abRikot].

En fait, l'insertion d'une consonne épenthétique vise à éviter les hiatus (hiatus = apposition V-V).

II. Dimension catégorique.

Les préfixes ne modifient jamais la catégorie lexicale de sa base.

ex. acceptable / inacceptable sont tous les deux des adj, l'ajout de in- n'a rien changé.
ex. déshabiller / habiller: verbes.
etc.

Un suffixe sélectionne sa base.
On ne peut pas mettre n'importe quel suffixe sur n'importe quelle base, le suffixe contraint sa base. Pour être en présence d'un même processus dérivationnel, il faut que le suffixe s'applique à une seule catégorie lexicales de base.

ex. blancheur = blanc + eur -> adj + eur = nom
et danseur = danser + eur -> verbe + eur = nom
=> ce n'est pas le même suffixe "-eur"!

Le CM 5 finissait là, donc la suite dans le CM 6 (si je le retrouve! XD).
Revenir en haut Aller en bas
culfinwen
Déesse du parrainage
Déesse du parrainage
avatar

Nombre de messages : 408
Age : 30
Localisation : Liège (Belgique)
qq ch à dire ? : Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde... c'est l'effet papillon
Cursus : M1 FLE Télé3
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Lexicologie du 30 novembre 07   Ven 7 Nov 2008 - 19:52

CM/TD du 30/11/07 Lexicologie

Bon... Effectivement, souvenez-vous, à la même époque l'an passé, nous étions victimes de fainéants je-men-foutistes qui bloquaient la fac et l'accès à Censier... Bref...
Mme Samvellian avait fini par obtenir une salle pour un cours d'une heure et demie à l'ILPGA et ce cours-là a davantage été un TD qu'un CM, puisque nous avons fait des exercices dans le but de nous entrainer au partiel qui aurait déjà dû avoir lieu... passons sur les détails! ^^'

Voici la feuille d'exercice en question:



Quelques réponses:

Question 1.
1/

Les deux mots qui ne sont pas construits sont:
ordure
courbature

car ne viennent pas de courbat+ure ou courbe+ure (qui aurait donné courbure) ni de ord+ure => pas de courbat- ou de ord- en synchronie pour servir de base, ni de lien sémantique avec des mots proches morphologiquement (courbe ou ordre).

Question 3.

/dis/ance 3 morphèmes
C'est un nom.

dire (verbe)
mé+dire = médire (verbe)
médire+ance = médisance (nom)

Pourquoi dans cet ordre?
Parce que médisance est le nom du verbe médire et qu'on ne peut pas vraiment dire qu'il soit former sur le nom "disance" (avec ajout de préfixe).
Par ailleurs, on remarque que dire et dis- sont deux allomorphes. :-)

/connaiss/ance 3 morphèmes

connaître (verbe)
mé+connaître = méconnaître (verbe)
méconnaître+ance = méconnaissance (nom)

ou bien
connaître (verbe)
connaître+ance = connaissance (nom)
mé+connaissance = méconnaissance (nom)

Au nouveau, connaître et connaiss- sont des allomorphes.
Dans ce cas-ci, peu d'importance pour l'ordre de formation car, sémantiquement, on peut penser que méconnaissance vient de connaissance ou bien de méconnaître. Les deux réponses sont justes.

/contente/ment 3 morphèmes

Le problème de ce mot vient de comment on va considérer sa base: -contente- est un adj ou un verbe?

Considérons un adjectif.
content (adj)
mé+content = mécontent (adj)
mécontent+ment = mécontentement (nom?)

Exclamation L'ajout de -ment sur un base adjectivale donne un adverbe!
C'est donc que mécontentement ne s'est pas formé sur mécontent.

Autre possibilité:
contenter (verbe)
mé+contenter = mécontenter (verbe)
mécontenter+ment = mécontentement (nom)

Là, c'est bon, mécontentement vient donc de mécontenter! ^^

Je ne fais que vous donnez quelques exemples pour la question 3. Je ne vous ai pas mis la correction de la question 2 ni la fin de la question 1, mais je pense que vous pourrez y arriver sans moi :-p
A savoir, notre partiel de première session, l'an passé, ressemblait fort à la question 3: une liste de mots dont il fallait donner les étapes de formation.

Si besoin est, j'en mettrai un peu plus sur le forum, mais il y a fort à parier que tout cela soit déjà en ligne sur Agora (non?).

Bon travail :-p
Revenir en haut Aller en bas
Polyphile
Aide active
Aide active
avatar

Nombre de messages : 122
Age : 28
Localisation : Antipodes
qq ch à dire ? : LA, CA
Cursus : M2 Documents Électroniques et Flux d'Information + M2 DIAPASON Handicap langagier, prévention, diagnostic, réhabilitation
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Lexicologie CM   Sam 15 Nov 2008 - 15:14

Je tiens à signaler que les diaporamas de Mme Samvelian sont à cette adresse ==> clic clic!


CM4 du 31/10/08 à télécharger ici!!!! Fait sur la base des cours donnés par Culfinwen, j'y ai juste rajouté deux trois petites choses que Mme Samvelian a dites en cours....

CM5 du 14/11/08 à télécharger ici!!! Like a Star @ heaven

CM5 du 14/11/08 (deuxième diaporama) à télécharger ici!!! afro


Dernière édition par Polyphile le Sam 15 Nov 2008 - 16:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maximilien Guérin
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 343
Age : 30
Cursus : Doctorat
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: Lexicologie CM   Sam 15 Nov 2008 - 15:56

Voici le lien vers les supports de cours des années précédentes sur la page personnelle de Mme Samvelian :


_________________
Esperanto au bac
Revenir en haut Aller en bas
http://maximilien.guerin.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lexicologie CM   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lexicologie CM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sémantique et lexicologie
» Pour réviser la lexicologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Étudiants de l'ILPGA :: Sciences Du Langage :: Licence 2 - Semestre 3-
Sauter vers: