AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sémiologie [TD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Will
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 358
qq ch à dire ? : CAR - PE - DI - EM !
Cursus : 2eme
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Sémiologie [TD]   Sam 30 Sep 2006 - 17:55

Lexique


sémiologie : science qui étudie les signes et systèmes de signes peméttant la communication entre différents acteurs: Hommes-Hommes, Hommes-machines, Hommes-animaux, animaux-animaux, plantes- animaux ...

sciences cognitives : regroupent l'ensemble des domaines de recherches sur la connaissance et les processus d'acquisition.

tautologie = pléonasme

signifié : concept; sens; non-perceptible mais connu

signifiant :signe (acoustique,écrit, symbole... )

signe iconique : signe qui utilise la ressemblance

sème : unité de sens inférieure au concept, ce sont des caractéristiques du référant (le concept). Une partie des sèmes échappent à la partie consciente de l'analyse.

concept : ( terme de Bernard Pottier), c'est l'idée de chaque "objet" que l'on conçois de cet objet, on créé un concept en ajoutant/reliant entre eux des sèmes.

==> ex : un poisson
_ à 3 ans l'idée d'un poisson se rapporte au poisson panné que l'enfant voit dans son assiètte. => le concept poisson est alors composé d'une forme (rectangle), d'un goût, d'une odeur.... (ce sont les sèmes du concepte poisson à ce moment)

_ plus tard l'enfant apprendra qu'un poisson est aussi un animal, avec des écailles, qui vit dans l'eau.... (ce sont d'autres sèmes du concept poisson)

=> Ainsi tout au long de la vie les concepts s'enrichissent, ils sont donc maléables tout au long de la vie (ajout/suppressions de sèmes).

Lorsqu'un concept est nommé (c'est à dire qu'au concept on associe un signifiant), on dit qu'il est sémiotisé

prégnance : image mentale que l'on stock, qui se compose de sensations.

image canonique : image de base du concept, c'est le prototype même du référant. C'est celle que l'on reconnais le plus facilement/rapidement.
==> ex : image canonique d'une table = un plateau sur quatre pieds


Dernière édition par le Lun 8 Jan 2007 - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://will-ilpga.naturalforum.net
Will
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 358
qq ch à dire ? : CAR - PE - DI - EM !
Cursus : 2eme
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Sémiologie [TD]   Mer 4 Oct 2006 - 19:02

En sémiologie, on étudit les sytèmes de signes qui permettent la communication => échange de messages entre émetteur et récepteur, perception de l'information sur l'environnement, réaction en fonction de l'environnement.
C'est, par exemple, une technique en médecine : lien entre symptômes et causes.

Ferdinand de Saussure a été le premier a parler de sémiologie.
dans Cours de linguistique générale, p. 33 a écrit:
"la science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale"

Le terme sémiotique, inventé par Charles Sanders Peirce quelques années auparavant, recouvre la même idée et est utilisé le plus fréquemment en dehors de France.

==>Toute science étudiant des signes est une sémiologie. Le terme est donc utilisé dans plusieurs disciplines.


Pour le même type de signes, voir pour le même signe, il y'a deux types de communications :
_ communication involontaire ex : pleurer après s'être fait mal (si quelqu'un le voit, on parle alors d'indice)
_ communication volontaire ex : pleurer pour avoir son permis

Peirce a écrit:
Un signe est un objet sensible* qui se rapporte à un objet déja connu, autre que lui même, et suceptible d'être interprété en terme** d'un autre signe. [...] Un signe est une chose qui représente pour quelqu'un quelque chose.
* sensible = percetpible (cette partie du signe est appellée depuis Saussure le signifiant)
** en terme d'un = comme un
(la deuxième partie du signe est le rapprochement mental [par le lien d'association=> Saussure] au "déja connu" c'est à dire le signifié.)

Une chose est un signe à partir du moment où je lui donne un sens
ex : un chat noir qui traverse devant moi. En fonction du fait que je soit croyant(e) ou non cela sera un signe. => je l'interprète en tant que signe ou non.
C.Morris en 1938 a écrit:
Quelque chose est signe uniquement parce qu'il est interprété comme signe par un interprète quelconque.

Les signes se basent sur la fonction symbolique, ce qui donne la valeur sociale c'est la communauté de réaction (même "psycho-lien"* Sé/Sa). Pour comprendre correctement le signe, il faut connaître la convention, mais un signe peut aussi bien être propre a un individu (ex : abrégés sur les cours)
* psycho-lien : je ne crois pas que ce mot existe, mais j'ai pas mieu en tête là Embarassed
La fonction symbolique permet de représenter quelque chose d'absent, ce qui facilite la comunication (surtout lorsque le signifié est abstrait ou non-preceptible ^^), et facilite la réflexion. ex: objet lié à un souvenir.
D'après Jean Piaget (orthographe incertaine lol) le symbol facilite et permet le langage, mais surtout la fonction symbolique ouvre la voie au langage chez l'enfant.
Il est à s'avoir que la fonction symbolique fonctionne bien avant le langage, mais que ce dernier est le système de communication le plus évolué et et performant, et à l'intérieur duquel la communication verbale est la plus évoluée et performante. Sa traduction visuelle (écriture), tactile braille), etc... en sont des modalités. Nous utilisons aussi (et souvent en même temps) un langage gestuel, ainsi que d'autre codes de communication (code la route, cartographie) mais ils sont moins performants et pas toujours plus simple à décrire.
La musique et la peinture font aussi partie des sujets d'études des sémiologues.
Revenir en haut Aller en bas
http://will-ilpga.naturalforum.net
Alex
Aide hyper-active
Aide hyper-active
avatar

Nombre de messages : 119
Age : 30
Localisation : Seine-Saint-Denis
Cursus : 3ème
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: Sémiologie [TD]   Dim 29 Oct 2006 - 22:41

Je reprends certains trucs, et ajoute un bout du cours.

Sémiologie : science des signes (signification et forme des signes)
=> étude de tous les signes permettant la communication entre l'individus et l'environnement. Perception et utilisation des signes.

La sémiologie apparaît initialement en médecine, dans l'étude des symptômes.

Les nouveaux nés ne communiquent pas, ils déchargent la douleur (l'oxygène qui arrive dans les poumons pour la première fois, la lumière qui les atteint, il fait froid, etc). => distinction entre communication et soulagement.

[Cognition [Sémiologie [Linguistique] ] ]

Un signe possède deux faces : le signifiant (Sa - L'image) et le signifié (Sé - le concept, le sens).
Si l'on prend le mot "arbre" il est le signifiant du concept de l'arbre qui se fait dans notre tête (qui est là le signifié).
Le référent, dans cet exemple, sera un arbre bien précis (par exemple un arbre fruitier, avec beaucoup de feuille, très grand)

Fonction symbolique du signe : remplacer quelque chose par autre chose.

La communauté de réaction à l'égard du symbolisant et du symbolisé donne une signification sociale, symbolique.
Il y a ressemblance ou continuité entre le signe et l'objet, selon le contexte.
Le signifiant (objet/symbole) ne renvoie pas tout de suite à un objet précis mais à une idée d'objet.

La catégorisation est à la base des concepts.
Un concept se crée par un réseau convergeant de neurones qui se mettent à pulser ensemble

L’évolution des signes.

Phylogénétique : évolution de l’espèce
Ontogénétique : évolution de l’individu

Signes indiciels :
Ex : Au Japon, ne pas finir son assiette est signe que l’on a été suffisamment servit (conclusion, ne pas la finir sinon l’hôte est vexé, parce qu’on lui fait comprendre qu’il n’a pas assez servit).
En Hongrie, finir son assiette signifie que l’on a bien mangé.

Valeur sémiotique du regard => indice de danger, de domination, …

Chaque action à une trace, une représentation mentale
Se souvenir => ne pas refaire les mêmes erreurs.

Erreur d’identification => point de départ des signes (accepter qu’une chose en représente une autre qui ne lui ressemble pas)

Démotivation : concret => abstrait
=> perte de motivation, d’iconicité
Ex : Le mot plombier vient du fait qu’avant, les plombiers travaillaient sur des tuyaux en plomb. Le matériau a changé mais le terme plombier est resté. => démotivation.

Remotivation : ressemblance inexistence ou faible devient plus flagrante.
Ex : La pub pour le crédit mutuel met en scène un pouce qui aide les gens. Remotivation de l’expression « donner un coup de pouce ».

Les fonctions de la communication

Schéma de Bühler


_____Référent
____ /______ \
Emetteur - - - Récepteur

Fonction référentielle
Fontion poétique => rendre le message plus joli (centré sur le message)
Fonction phatique => omniprésente, condition sine qua non (indispensable) pour établir la communication (centré sur le contact)
Fonction métalinguistique => capacité spéciale aux humains (centré sur le code). Expression du code (ceci est un triangle -> ▲) Ex : trouver des synonymes, s'interroger sur la langue, ...
Fonction émotive (centré sur l'émetteur)
Fonction conative => fonction d'appel (centré sur le récepteur)

Ex : Un enfant donne un dessin d'un château.
=> fonctions esthétique (beau dessin), référentielle (représente un château), conative (faire plaisir à l'autre), phatique (contact à travers le dessin)


Dernière édition par le Dim 3 Déc 2006 - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://biblio-du-net.exprimetoi.net
Julia
Consultant(e)
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 32
Localisation : 91 Essonne
Cursus : 3ème
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Etudes sémiologiques sur l'image   Sam 2 Déc 2006 - 19:29

ETUDES SEMIOLOGIQUES DE L'IMAGE


On dit que ce que l'image montre constitue sa dénotation, et que ce qu'elle suggère constitue sa ou ses connotations.

L'image peut avoir plusieurs fonctions :

I - Fonction référentielle :
Image descriptive, narrative (BD)
Image explicative, informative (schéma)


II - Fonction poétique :

Image expressive (qui suscite des sentiments)
Image symbolique (tableau surréaliste)


III - Fonction injonctive :
Image d'ordre (publicité)
Image pour convaincre (caricature, dessin humoristique)


Il est important de situer les images dans le contexte de l'époque : l'image peut se charger d'un sens individuel, ou d'un sens collectif, cas où le contexte historique a son importance.
Pour les sémiologues, l'image est un signe : les images répondent donc aux lois de la sémiologie, c'est-à-dire qu'il y a un lien entre le signe et la chose qu'il représente.
Lire une image, qui porte donc un message, permet de déterminer sa fonction (persuader, émouvoir, revendiquer etc.) : c'est une opération de décodage. On peut alors lire l'image à 2 niveaux :
- sa dénotation : simple description de l'image, énumération de ses éléments, plan objectif.
- sa connotation : subjective, dépend du contexte, intrication avec l'interprétation du message véhiculé.

Pour Barthes, il y a 3 niveaux dans l'étude d'une image publicitaire :
1 - Le message linguistique
2 - Le message iconique :
3 - la dénotation / la connotation

Péninou voit, lui, 5 niveaux :
1 - Genre de l'image
2 - Aspects linguistiques
3 - Références à l'émetteur
4 - La dénotation
5 - La connotation

L'étude de l'image date de l'Antiquité : en 423 avant J.-C., Platon avait établi des codes d'analyses de l'image (cf République de Platon).
D'une certaines façon, dans une image, la répétition d'éléments semblables donne un rythme à l'image.
Dans une publicité, on peut alors étudier au niveau sémiologique :
- l'émetteur
- le récepteur
- le référent
- le signifiant
- le signifié
- le contexte
Revenir en haut Aller en bas
http://myspace.com/leifang
Alex
Aide hyper-active
Aide hyper-active
avatar

Nombre de messages : 119
Age : 30
Localisation : Seine-Saint-Denis
Cursus : 3ème
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: Sémiologie [TD]   Dim 3 Déc 2006 - 12:06

Les règles extralinguistiques et règles conversationnelles (de Grice)


Le principe de coopération consiste en la volonté des gens d’aider, de coopérer avec les autres.
Ex : Si l’on voit quelqu’un sur le côté qui est en panne, on s’arrête pour aller l’aider.

Règles :
Quantité : dire juste ce qu’il faut (ni plus, ni moins).
Qualité : dire la vérité.
Relation : rapport avec la situation, ne pas changer de sujet.
Manière/modalité : être clair, bref, méthodique.
Politesse : rester poli, ne pas blesser.
Etc.

Ex :
  • Si un enfant avale un noyau de cerise et qu’on lui répond qu’un arbre va pousser dans son ventre, selon son âge, il ne le prendra pas de la même façon. S’il a trois ans, il va avoir peur, se mettre à pleurer. S’il a huit ans, il comprendra que c’est une blague et rira.
    => le principe de coopération fonctionne avec l’enfant de 8 ans, qui a compris que ce n’était pas sérieux, mais pas avec celui de 3 ans qui a vraiment cru ce que lui disait l’adulte.

  • Un instituteur demande à un de ses élèves « ‘le voleur a volé les pommes’, où est le sujet ? ». L’enfant répond « en prison ».
    => le principe de coopération n’a pas fonctionné puisque les deux personnes ne se sont pas comprises.
    Transgression de la règle de quantité : le professeur n’as pas été assez précis.

Les publicités ne respectent souvent pas certaines règles pour attirer l’attention par l’humour et faire vendre leur produit. Cependant, ça n’empêche pas le message de passer, donc le principe de coopération fonctionne.
Revenir en haut Aller en bas
http://biblio-du-net.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sémiologie [TD]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sémiologie [TD]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sémiologie /chorématique
» Pour une sémiologie de la vie
» recherche de formation en épidémiologie
» Sémiologie médicale et dentaire
» Cours et TD ( épidémiologie ) -2011/2012-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Étudiants de l'ILPGA :: Sciences Du Langage :: Licence 1 - Semestre 1-
Sauter vers: